Bipolar production - Magali Desbazeille

 Magali Desbazeille découvre la peinture à 3 ans, en 1974 ; gagne son premier prix de dessin à 8 ans, remis à l’Hôtel de Ville de Paris par Bernadette Chirac ; étudie aux Beaux-Arts à Paris, au Hunter College à New York, au Fresnoy à Tourcoing, mais pas à Berlin ; rencontre le compositeur Siegfried Canto, en 1999, sur Internet via le forum de l’Ircam, plante le système avec un document joint trop lourd, au moins 62 k ; collabore depuis régulièrement avec lui ; collabore avec la chorégraphe Meg Stuart, mais pas avec Paul Bocuse ; ses installations, performances, spectacles sont depuis diffusés en France, en Belgique, en Autriche, aux Pays-Bas, au Canada… ; au centre des arts d’enghien les bains, à la galerie Saatchi à Londres / exposition Wanderland-Hermès, au centre d’art motorenhalle à Dresde, la Ferme du Buisson, au Centre Georges-Pompidou, au CECN de Mons, au Z33, à la galerie Schirman & de Beaucé, à la galerie de l’Uqam, à la Maison européenne de la photographie… et même dans le Sud au centre d’art La Panacée de Montpellier ; devrait lire Les Mots et les Choses de Foucault, c’est prévu ; mais relit 3 279 fois le même livre, le soir, pour ses fils, à Montreuil où elle vit et travaille ; croise documentaire et fiction, arts visuels et arts vivants, nouvelles technologies et bricolage ; aimerait savoir ce que les gens cherchent vraiment… s’est demandée pendant longtemps ce que les technologies font aux langages, et actuellement, elle se questionne sur la quantification de l’inquantifiable dans nos grandes institutions…

 

 

 

OEUVRES

L'index des corrélations 

 

LIENS
Article de Véronique Godé, arts hebdo médias
R22-tout-monde : radio de l'espace Kiasma